Under the High Patronage of His Majesty NORODOM SIHAMONI, King of Cambodia
Les Elephants, une espèce
en grand danger !
Un Projet de conservation
écologique & culturel
Venez rencontrer
Bokva
le plus grand éléphant domestique du Cambodge
Depuis des temps immémoriaux
L'art du cornac
se transmet de génération en génération
Une tradition millénaire héritée de
L'Empire Khmer
Pas d'éléphants heureux
sans forêt

Introduction

AIRAVATA est un camp d’éléphants « nouvelle génération », une alternative éthique et responsable au tourisme de masse.
Situé au Sud de Banlung, la capitale de Ratanakiri, c’est un lieu où les éléphants sont traités le mieux possible par des cornacs indigènes qui s’épanouissent dans leur travail et où les voyageurs rencontrent les mastodontes dans les meilleures conditions.

La Fondation AIRAVATA (nommée d’après l’éléphant tricéphale, monture du dieu Indra dans l’Hindouisme) se distingue radicalement de nombre d’associations de protection des éléphants qui découragent toute interaction avec ces animaux. Si le bien-être et les conditions de vie de nos éléphants sont au cœur des préoccupations d’AIRAVATA, notre approche de la conservation est également culturelle !
Le Cambodge doit en effet beaucoup à l’éléphant qui l’a accompagné tout au long de son histoire et nous entendons perpétuer ces traditions constitutives de l’âme du pays ; cela d’autant plus que les éléphants sauvages sont menacés chaque jour un peu plus par la déforestation et le braconnage. Nous nous concentrons donc sur les éléphants domestiques survivants et continuons d’offrir, parmi d’autres prestations éco touristes, des promenades à dos d’éléphant, dans la mesure où celles-ci sont soigneusement encadrées et où les éléphants évoluent dans leur milieu naturel, la forêt.
Notre dernière action fut le rachat et la réhabilitation de Bak Maï, l’éléphant “tueur” de Mondolkiri, dont les autres sanctuaires ne voulaient pas et qui était condamné à mort pour avoir tué un homme. Depuis qu’il est avec nous, Bak Maï s’est intégré très facilement à ses congénères et ses cornacs l’apprécient beaucoup !

Dans une forêt résiduelle de quelques centaines d’hectares située une dizaine de kilomètres au Sud de Banlung, de petits groupes de voyageurs sont accueillis de quelques heures à une journée afin de leur faire vivre l’expérience unique de l’interaction avec les derniers éléphants domestiques cambodgiens.

Un système de volontariat sera mis en place pour aider à l’organisation du camp, à la formation des cornacs et du reste du personnel, à la protection de la forêt d’Okatieng, à la mise en place de coupe-feux et de pépinières destinées à replanter des zones déforestées.

AIRAVATA désire démontrer que l’on peut gérer un camp d’éléphants sans avoir à surexploiter ou maltraiter les animaux.
L’enjeu est de changer la condition de l’éléphant domestique !

250
250 hectares de forêt à protéger
x4
4 Elephants recueillis par le centre
x5
5 cornacs entierement dévoués à leurs animaux

Protéger

Au temps jadis, chaque tribu de Ratanakiri possédait ses propres éléphants, mais avec le temps la province a commencé à perdre un par un ses pachydermes.

Préserver

Un patrimoine exceptionnel était en train de disparaître, les éléphants mais aussi le savoir de cornacs. votre visite à notre école permet de contribuer à protéger tout un monde voué autrement à une disparition imminente !

Interagir

Projet de conservation à la fois culturel, écologique et social, Aïravata permet une véritable interaction avec les éléphants et vous apprend à les connaître, à en prendre soin ainsi qu’à les cornaquer vous-mêmes.

Sauvegarder

Aïravata est une réponse localisée aux problèmes écologiques dont souffre la province de Ratanakiri depuis quelques années. A notre échelle nous tentons de sauvegarder ce que nous pouvons d’un patrimoine exceptionnel et de faire partager notre plaisir aux voyageurs qui nous font l’honneur de découvrir notre province.

Inverser la tendance

Le Cambodge souffre d’un développement effréné qui emporte avec lui la formidable biodiversité d’un pays entier. Des centaines de milliers d’hectares furent et sont rasés au bulldozer, à tel point qu’il ne restera bientôt plus aucun des animaux emblématiques du Cambodge à l’état sauvage. Le tigre a disparu et l’éléphant est en passe de suivre le même chemin !

Developper

En contrebas de la forêt claire où nous évoluons avec les éléphants se trouve une belle forêt futaie d’environ 250 hectares qui, du fait de l’accès difficile et du terrain accidenté, a été largement épargnée de la déforestation. Un centre éco-touristique sera développé en accord avec les trois villages qui en sont propriétaires.

Proverbes & Citations